Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Patrick Derennes

Le blog de Patrick Derennes

il s'agit pour débuter du compte-rendu journalier des observations naturalistes agrémentées de photos, réalisées lors d'un séjour en Espagne fin mai début juin 2005. il se développe depuis avec mes photos issues de Balades en Nature ou de Voyages.

Publié le par patderennes.over-blog.com
Publié dans : #Espagne

Que s'est-il passé le 04 Juin 2005 ?


LE JOUR DES BRAVES !



Lever 03h40, départ 04h00 ... Dans la glace de la salle de bain, je vois une version zombie, mais consciente, de moi même.

Le réveil angoissé par un doute sur la qualité de la météo (voir les photos de la veille à l'aube), nous permet d'observer des étoiles : royal !

Le temps de partir et ... la nébulosité nous entoure rapidement sur la route, sa présence cruellement matérialisée par les phares du minibus ... le doute s'installe ! Ai-je bien fait de me lever si tôt ... alors que l'autre groupe, majoritaire, dort encore ...

Le départ de la marche s'effectue avec un ciel relativement dégagé ; mais durant l'ascension, une course poursuite avec le brouillard qui monte du fond de la vallée nous racorni le moral : celui-la s'élève plus vite que nous ne montons ...

Cette poursuite nous hante l'esprit jusqu'au col (et également, nous hante physiquement : la nappe nébuleuse nous noie même dans un des virages) ; col, point de passage obligé de notre ascension.

A partir de là, nous continuons notre progression seuls. Ca va mieux !


Copie-de-el-jefe-au-petit-matin.jpg

El Jefe, au petit matin




Il fait froid.

Certains passages comportent de la gelée blanche, et de brusques changements de température, lors de traversées de dépressions de terrain, nous font croiser un air totalement gelé !

Une drôle d'ambiance nous entoure, dont nous n'avons pas réeellement conscience, car il faut tenir le rythme : l'aube fait plus qu'approcher !

Il y a des moments où je cours ... l'excitation !!! ... et pour suivre le train Del Jefe ... !

Arrivés au point d'observation prévu, situé à environ une demi heure plus loin de celui de la veille, nous constatons la présence de "lambeaux" de brume dans la vallée et sur les contreforts que nous comptions scruter.

Ca se lève petit à petit.

Le soleil commence sa course et la poursuit alors que nous n'observons toujours rien de particulier. Il commence à faire chaud : c'est relatif, mais on peut se découvrir un peu.

Une attente anxieuse s'installe. Il fait jour ... le levé du soleil est passé ... on a toujours rien vu ...

Attente ... Pourtant cette fois nous quadrillons le terrain, chacun ayant un vallon et son amorce en haute montagne, à surveiller ... J'alterne observations à la lunette puis à la jumelle pour ne pas déconnecter du terrain.

Acte 1 :


Soudain Michel braille "j'ai un truc ... etc". On sent à son propos que c'est inhabituel (pas un Cerf, ni autre chose) sans que l'on ait de certitude sur ce qu'il voit : manifestement il veut rester prudent ! Tout le monde cherche une aiguille dans une meule de foin de montagne.

Puis El Jefe bondit "C'en est un !", et se met à règler nos lunettes pour nous permettre d'observer à notre tour cet animal en mouvement, insaisissable !

Michel (alias : Migouël !) indique qu'il suit un Cerf suivi par ... La tension monte !

Je repère le Cerf qui traverse une pelouse en trottinant bon train, puis le Loup qui le suit, lui aussi trottinant à quelques distances, tout ça en face de nous, de l'autre côté de la vallée principale.

C'est du délire : un Loup tout seul poursuit un Cerf ! Nom de dieu ! Là-bas, en face de nous !! ... Putain !

Je ne lâcherai pas le petit bout de ma lorgnette pour installer le matériel photographique tellement ces instants sont précieux ... et malgré quelques demandes de Michel !

Bientôt, le Cerf se trouve au bord d'un versant abrupt situé en haut, à l'amorce de ce vallon et s'arrête, se retournant pour guetter son prédateur.

Le loup s'arrête à son tour, respectant une certaine distance ... et disparait à notre vue, dans les fourrés.

Le cerf (sa tête émergeant de la végétation) reste visible pendant un moment, se retournant souvent face à l'invisible ...

Un peu plus tard, 2 autres loups en tandem, émergeant de nul part, arrivent vers l'emplacement où le 1er a disparu !

Sur ces entrefaits le cerf s'est évaporé.

Acte 2 :


Nous assistons alors à des scènes de rapports sociaux entre ces loups (remuent la queue, léchage, ...).

C'est le comble du bonheur  pour un observateur !

Un autre loup rejoind plus tard le même site !

En tout, lors de cette matinée, 4 (ou 3) loups sûrs et 7 loups vus en tout ...


Pas d'ours ! dommage ! (tss tss tss : en veulent toujours plus ces consommateurs !)


Egalement : 2 lièvres "ibériques" jouent, à même pas 20m de nous, et 2 perdrix rouges levées lors de la redescente.


Aïe aïe aïe ! Quelle matinée !


Lors de cette redescente, on se fait quelques films sur la manière d'annoncer cette merveille de bonheur d'observation à l'autre groupe, tout en espérant qu'ils aient également vu quelque chose ... Et pourquoi pas ?!

Acte 3 :


En bas, lorsque nous passons au pied de leur poste d'observation, un hurlement de loup nous accueille : c'est plutôt bon signe pour eux (aaahh ces suisses !) !


Le groupe se reforme et les récits vont bon train ; vous connaissez le nôtre, voici le leur, en très succinct :

1 loup poursuivant un chevreuil, stéphane observant le loup en tête à tête, pendant quelques secondes ... à 20m de distance !

1 aigle royal posé !

1 chat sauvage !


Quelle matinée !! Quelles récompenses !! Quelle joie !!


" Motivé, motivé, ...
Il faut rester motivé ! "


... l'exaltation des récits individuels s'entrecroise et s'entremèle au silence de la joie, tandis que nous regagnons le minibus et la voiture balais.



Restauration, sieste écourtée et départ à 17h00 à la recherche du Tichodrome échelette :


Le plafond est très bas.

Lors de la séance "ticho ticho par ci, ticho ticho par là" nous serons trop rapidement dans les nuages ... C'est-à-dire sans visibilité aucune sur les falaises nous entourant.


Néanmoins,

le Tichodrome échelette se fait entendre (chant) à plusieurs reprises mais ne sera jamais vu, nuages obligent !
2 perdrix rouges vaquent à leurs occupations à 10/15 m à peine des plus proches d'entre nous ; l'effet " Ici, absence de chasseurs ! " a encore frappé !!

chocards

craves à bec rouge





C'EST - DE - LA - BAL' - CE - VO - YA - GE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!






EPILOGUE :


Le lendemain matin, 05 juin 2005, tout le groupe est retourné au plus proche des sites d'observation de la veille, dans l'espoir de voir à nouveau ... chats sauvages ... loups ... ou de découvrir ... l'ours ... pourquoi pas !?!

Des cerfs et des isards furent observés ... et c'est tout !

Départ vers Biarritz : c'est la fin du voyage !




S ... U ... P ... E ... R ... B ... E ... !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog