Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Patrick Derennes

Le blog de Patrick Derennes

il s'agit pour débuter du compte-rendu journalier des observations naturalistes agrémentées de photos, réalisées lors d'un séjour en Espagne fin mai début juin 2005. il se développe depuis avec mes photos issues de Balades en Nature ou de Voyages.

Publié le par Patrick Derennes
Publié dans : #nature

Voir les commentaires

Publié le par Patrick Derennes
Ce couple de mésanges charbonnière a un comportement étrange depuis quelques jours.
 
Je le soupçonne de nicher à quelques mètres de mon bureau ; ça, y zont bien l'droit, non ?!?
 
Mais, face au nid et, perchés dans les conifères, ils ne font strictement rien pendant des minutes excepté émettre des cris et pour la femelle (vu hier et non monté en vidéo encore) faire vibrer ses ailes le long du corps ou encore, hier mais non monté en vidéo, pour les deux membres du couple, se pavaner une chenille au bec en poussant des cris ...
 
J'ai éliminé les causes comme présence de prédateurs, ma présence, etc., et me dis qu'il s'agit d'une vaste entreprise de pression exercée sur de pauvres novices : leur propre progéniture !!
 
Cette entreprise de déstabilisation viserait ... au 1er envol des jeunes ! ;)
 
Voici un 1er témoignage : des cris incessants pendant 10 min d'affilées ...

Voir les commentaires

Publié le par Patrick Derennes

Bonjour,

Le fait d'aérer chez soi constitue parfois un piège quand, le soir venu on referme les fenêtres. Le lendemain il est bon d'inspecter les pieds de fenêtres avant qu'un balais ou aspirateur n'évacue les, heureusement rares, cadavres.

Cette punaise Miridae en a fait les frais ; elle a été identifiée comme étant un mâle de Deraeocoris lutescens.

Dans le Faune de France consacré aux Miridae, il est dit qu'on la reconnait à son anneau sombre vers le sommet du fémur et à ses deux anneaux obscurs sur le tibia.

Cette punaise y est donnée également comme aphidiphage sur divers feuillus ; il s'agit d'un mâle de l'année dernière qui a hiverné et qui a peut-être pu se reproduire puisque les adultes apparaissent vers le milieu de juillet jusqu'au printemps (FdF 67 Miridae). Dans ce site, https://influentialpoints.com/biocontrol/Deraecoris_lutescens.htm, il est indiqué que "Les œufs sont pondus dans les jeunes pousses ligneuses de divers arbres à feuilles caduques à la fin mai et en juin. La plupart des larves atteignent l'état adulte en août et début septembre, et passent l'hiver à l'état adulte." [valable pour la GB]

 

Deraeocoris lutescens ♂
Deraeocoris lutescens ♂

Voir les commentaires

Publié le par Patrick Derennes
Publié dans : #microscopie
Difflugia acuminata

Voir les commentaires

Publié le par Patrick Derennes
Publié dans : #nature
Pipistrelle commune a priori
Pipistrelle commune a priori

Pipistrelle commune a priori

Voir les commentaires

Publié le par Patrick Derennes
Publié dans : #nature, #microscopie

Gastrotriches

Les gastrotriches sont des micro organismes aquatiques. Ils font partie des protozoaires ciliés. La face ventrale comporte plein de cils qui leur permettent de se mouvoir.

On en compte de 100.000 à 1.000.000 par m² de substrat.

Le corps est en forme de tige ou de quille avec un renflement ventral et la partie arrière du corps se termine souvent par une « furca » (fourchette bidentée) constituée d’une paire de tubes adhésifs qui lui permettent de se fixer temporairement au substrat ou végétaux.

Traduction automatique d'ouvrages :

« L'embranchement des Gastrotriches comprend plus de 820 espèces de micro-invertébrés vermiformes vivant en liberté, très répandus dans les écosystèmes marins, saumâtres et d'eau douce. Les Gastrotriches représentent une composante quantitativement importante de la faune méiobenthique (?), bien qu'ils soient encore insuffisamment connus.

La plupart des gastrotriches d'eau douce sont épibenthiques, périphytiques ou semi planctoniques dans les habitats lentiques et eutrophes.

Les gastrotriches constituent un embranchement mineur, mais écologiquement important, dans les milieux d'eaux intérieures, car ils font partie de la communauté zoobenthique microphage et détritivores, et représentent un lien fondamental entre la boucle microbienne et les niveaux trophiques supérieurs. [ndlr, les bactéries transforment le carbones organique dispersé en matière organique qui entre ainsi dans la chaîne alimentaire]

Au sein des Chaetonotides [ordre au sein des gastrotriches], la taxonomie est instable, et la classification actuelle est dans une large mesure basée sur la distribution et la forme des structures cuticulaires telles que les écailles et les épines.

L'identification des Gastrotriches d'eau douce du Paléarctique est relativement simple au niveau du genre, car les caractères diagnostiques génériques sont généralement clairs et bien définis. L'identification au niveau du genre nécessite un examen microscopique minutieux des spécimens adultes, vivants si possible. En revanche, l'identification des espèces est très difficile en raison des détails extrêmement fins nécessaires pour distinguer des taxons proches, et de la grande variabilité intraspécifique. En outre, des espèces non décrites sont encore découvertes. L'identification spécifique est beaucoup plus problématique en raison des frontières incertaines entre de nombreuses espèces étroitement apparentées. Cela est particulièrement vrai pour Chaetonotus, le plus grand genre, qui doit être révisé.

Biologie :

Les micro-invertébrés comme les gastrotriches sont souvent mal identifiés bien qu'ils soient communs et répandus.

En raison de leur grande abondance, les protozoaires (en général, y compris les gastrotriches) sont en effet quantitativement les brouteurs les plus importants du benthos d'eau douce et d'eau de mer (y compris en haute mer). De plus, tout comme les microbes atteignent une abondance astronomique à l'échelle mondiale, les protozoaires qui les broutent sont représentés par des populations d'espèces dont l'abondance mondiale est proportionnellement plus faible, mais néanmoins inimaginable.

Le groupe est cosmopolite et largement distribué dans les habitats d'eau douce riches en nutriments ; ils sont communs dans les sédiments de surface et parmi la végétation ancrée et flottante. Kisielewski (1986) a constaté que la densité et la richesse en espèces des gastrotriches sont en corrélation positive avec la productivité de l'habitat.

Les gastrotriches d'eau douce peuvent probablement se disperser sur de vastes zones géographiques, en particulier pendant les stades de dormance (œufs au repos) ou éventuellement dans les plumes ou le pelage des oiseaux et des mammifères migrateurs (Schwank, 1990).

Les gastrostriches sont un composant commun de la méiofaune et on suppose qu'ils constituent un lien important entre la boucle microbienne et les prédateurs invertébrés. Cependant, en raison de leur corps mou et transparent et de leur petite taille, ils n'ont guère retenu l'attention.

La plupart des espèces d'eau douce ont généralement 100-300 μm de longueur totale de corps.

Jusqu'à une date assez récente, on pensait que les populations d'eau douce étaient composées uniquement de femelles parthénogénétiques. Cependant, des études plus détaillées et plus récentes ont montré que les gastrostriches d'eau douce ont un cycle de vie plus complexe comprenant à la fois des phases parthénogénétiques et hermaphrodites (Weiss, 2001 ; figure 12.5).

Bien que les détails de la ponte ne soient pas bien connus, on suppose qu'elle se produit généralement par rupture de la paroi corporelle. Les oeufs de Chaetonotides sont parmi les plus grands du règne animal par rapport à la taille du corps adulte et peuvent occuper plus de 75% de la région du tronc chez certains spécimens.

Parfois, le dernier œuf est un œuf opsiblastique ou dormant, qui est un peu plus grand et plus épais que l'œuf tachyblastique et qui résiste très bien à la congélation et au séchage.

Les gastrotriciens se nourrissent de bactéries, d'algues, de protozoaires, de détritus et de petites particules organiques (figure 12.4(h)) et on suppose qu'ils constituent un lien important entre la boucle microbienne et les grands invertébrés (Schwank, 1990 ; Balsamo et Todaro, 2002).

Les prédateurs des gastrostrates comprennent les héliozoaires, les amibes, les cnidaires [hydres] et les larves de chironomides, mais il existe probablement de nombreux autres prédateurs benthiques qui se nourrissent de gastrostriches. On ne sait rien de l'importance quantitative des gastrostriches en tant que nourriture pour divers prédateurs. »

Les invertébrés d'eau douce de Thorp et Covich (p. 220). Elsevier Science. Édition du Kindle.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Gastrotriches
Gastrotriches
Gastrotriches

Voir les commentaires

Publié le par Patrick Derennes
Publié dans : #nature
Lepidurus apus, un souvenir de mes débuts de naturaliste amateur, trouvaille d'il y a environ 15 années et un mois ...
 
Observé dans une zone inondable et alors inondée, cet animal dont la carapace fait environ 2 à 2,5 cm de long, a une allure préhistorique et résiste à la disparition de son milieu en pondant des œufs avant l'assèchement total.
 
Il s'agit d'un crustacée branchiopode également, comme la puce d'eau Alona quadrangularis postée il a deux trois jours, mais dans un autre ordre, les Notostracés et non plus les Cladocères.
 
J'ai fait une traduction automatique d'un de mes bouquins, pour plus d'informations :
 
"Fossiles :
 
Au Dévonien précoce (environ 410 mya), lorsque des poissons à mâchoires font également leur apparition, les Notostracés et les Spinicaudatés sont établis comme étant présents (Tasch, 1969).
 
Au Carbonifère (environ 286-360 millions d'années), les espèces de Triopsidae et de « crevettes-palourdes » sont diverses et sont présentes dans de nombreux habitats (marins, d'eau douce, ruisseaux) (Tasch, 1969).
 
Anatomie :
 
La première paire de pattes est utilisée pour nager ; les paires suivantes sont utilisées pour nager ainsi que pour ramper, creuser et manipuler la nourriture (Fryer, 1988 ; Rogers, 2001).
 
Biologie :
 
Les notostracés sont des détritivores et des prédateurs, qui labourent les sédiments superficiels pour capturer les invertébrés benthiques (Fryer, 1988). Lorsqu'il se nourrit, Lepidurus bouge ses membres selon un rythme métachronal (?), creusant dans les sédiments et rejetant un panache de sédiments derrière l'animal. Ils pompent la boue par l'arrière et en extraient probablement les particules organiques. Les Notostracés capturent et consomment également d'autres invertébrés et des larves d'amphibiens. Leur régime alimentaire comprend des algues, des œufs d'amphibiens, d'autres crustacés, des larves d'insectes et des têtards (Dodson, 1987 ; Rogers, 2001). Ils peuvent être d'importants prédateurs sur les œufs au repos d'autres invertébrés aquatiques (Daborn, 1977). Les Notostracés capturent les larves de moustiques, mais ils sont aussi parfois des ravageurs des rizières, mangeant les jeunes plantes au niveau de la boue (Dodson, 1987).
 
Les anostracés, les notostracés et de nombreux cladocères (puces d'eau) des habitats temporaires ont généralement une génération à chaque fois que leur habitat se remplit (Belk et Cole, 1975 ; Loring et al., 1988 ; Rogers, 2009). La principale stratégie consiste à produire autant d'œufs résistants que possible en un minimum de temps, ce qui permet de développer et de maintenir une banque d'œufs. Une fraction des œufs de la banque d'œufs éclot ensuite lorsque l'habitat se remplit à nouveau, laissant généralement quelques œufs non éclos au cas où l'habitat se tarirait avant que les animaux aient atteint la maturité sexuelle et se soient reproduits (Rogers, 2009). Ces espèces d'habitat astatique présentent généralement une croissance rapide due à une combinaison de températures élevées et de capacités physiologiques spécialisées pour une croissance rapide (Loring et al., 1988). La régulation des populations peut également être assurée par des facteurs physiologiques (par exemple, la salinité ; Broch, 1988)."
 
Les invertébrés d'eau douce de Thorp et Covich (p. 700). Elsevier Science. Édition du Kindle.
 
Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
Lepidurus apus
Lepidurus apus
Lepidurus apus
Lepidurus apus

Voir les commentaires

Publié le par Patrick Derennes
Publié dans : #microscopie
Anatomie et physiologie

Anatomie et physiologie

Voir les commentaires

Publié le par Patrick Derennes
Publié dans : #nature
Osmia bicornis F

Voir les commentaires

Publié le par Patrick Derennes
Publié dans : #microscopie
Amibes à thèque
Amibes à thèque
Amibes à thèque

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog