Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Patrick Derennes

Le blog de Patrick Derennes

il s'agit pour débuter du compte-rendu journalier des observations naturalistes agrémentées de photos, réalisées lors d'un séjour en Espagne fin mai début juin 2005. il se développe depuis avec mes photos issues de Balades en Nature ou de Voyages.

Publié le par Patrick Derennes
Publié dans : #nature

Je m'empresse de piquer à un groupe de discussion sur les abeilles et guêpes sauvages la citation de cette publication fort intéressante relative à la forte baisse des études de terrain versus la forte augmentation des études fondées sur les big data et leur conséquence dans un contexte de demande d'expertise croissant mais à conclusion très rapide (on n'a pas le temps) :

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2351989418300295

[J'en ai google traduit la discussion (conclusion)]

L'étude pointe un double constat :

"Les scientifiques sont sous pression pour publier, idéalement dans des revues de haut niveau, car cela peut leur apporter de meilleures opportunités d'emploi, de financement et d'avancement de carrière (Gök et al., 2016, Reich, 2013). Ainsi, si les enquêtes basées sur le terrain sont perçues comme ayant une valeur de publication inférieure (Bini et al., 2005, Fitzsimmons et Skevington, 2010), cela pourrait dissuader les chercheurs de s'engager dans de telles études et de passer aux approches qui offrent plus grandes récompenses professionnelles.

En revanche, les approches «big data» ont généralement une portée et une échelle plus larges et sont interprétées comme ayant un plus grand impact dans la littérature sur la conservation et l'environnement (Hampton et Parker, 2011), ce qui renforce leur potentiel d'attraction. . Dans ce contexte, un cercle vicieux est créé: les revues de premier plan font appel à des manuscrits susceptibles d'avoir un impact important et de générer des taux de citations élevés (par exemple, études de modélisation et de méta-analyses). des approches non synthétiques (comme le travail de terrain), qui sont à leur tour moins citées, contribuant ainsi à perpétuer le faible facteur d'impact des revues où elles sont publiées. Les chances que les études sur le terrain atteignent ce système de popularité sont minces, tant que les universitaires, les revues savantes et les bailleurs de fonds continueront de renforcer positivement les taux de citation sur papier et les facteurs d'impact journalistiques (Paulus et al., 2015) ."

"D'un autre côté, les scientifiques sont de plus en plus appelés à fournir aux décideurs des recherches sur les tendances de la biodiversité et le fonctionnement des écosystèmes à différentes échelles (Cardinale et al., 2012; Pimm et al., 2014). Cette pression est un facteur clé pour produire une recherche rapide qui est aussi plus avide de données, complexe et de portée mondiale; caractéristiques qui remettent en question la nature typiquement ralentie, isolée et locale de la plupart des études sur le terrain. Inversement, une déconnexion croissante de la société avec la nature pourrait décourager indirectement les scientifiques d'effectuer des études empiriques sur le terrain, car un déclin des attitudes et des comportements pro-environnementaux (Soga et Gaston, 2016) pourrait remettre en cause la pertinence de ces études. public général (Hughes et al., 2017)."

En conclusion :

"La contribution des études de terrain à notre meilleure compréhension du monde naturel est incontestable, mais des défis importants peuvent entraver leur persistance à long terme. Certes, il peut y avoir des cas où les connaissances scientifiques sont assez probables pour prendre des décisions en matière de conservation, comme le suggère le corpus croissant de connaissances sur la valeur de l'information pour la prise de décisions environnementales (Moore et Runge, 2012). Cependant, ce phénomène n'est pas très répandu et les efforts de collecte de nouvelles informations sur la biodiversité ont véritablement diminué, soutenus par plusieurs auteurs qui ont également détecté d'importants biais taxonomiques et régionaux dans la collecte de données sur la biodiversité (Tableau 1). Les observations et les expériences restent essentielles aujourd'hui et fournissent des données pour la modélisation et les méta-analyses. Les grandes échelles spatiales et les échelles à long terme du changement écologique mondial doivent être continuellement documentées même lorsque les connaissances actuelles peuvent sembler suffisantes.

À la lumière de nos constatations, nous exhortons la communauté scientifique à trouver des moyens de rehausser le profil des enquêtes fondées sur le travail de terrain. Par exemple, les revues de premier plan pourraient consacrer des sections spéciales à la publication d'études purement empiriques (Tewksbury et al., 2014), ce qui améliorerait la popularité des enquêtes sur le terrain. De telles sections pourraient publier, par exemple, de nouvelles données de terrain recueillies dans ces endroits ou pour les espèces dont nous connaissons peu de choses. Parallèlement, il est impératif que les agences de financement accordent des subventions pour ce type de travail empirique, reconnaissant que la seule façon de surmonter les périodes transitoires de changements environnementaux immenses est la prise de décision basée sur des preuves qui s'appuie sur des données collectées sur le terrain. . Enfin, les chercheurs, les bailleurs de fonds et les revues doivent s'engager respectivement à mener, financer et divulguer des recherches pertinentes au niveau local, et être moins contraints par des mesures de publication (Monjeau, 2013).

Malgré des efforts de recherche de plus en plus globaux visant à s'attaquer à la crise actuelle de la biodiversité, nos connaissances sur l'écologie, la répartition et le statut de nombreuses espèces sont encore limitées (Dijkstra, 2016, tableau 1). Dans un tel scénario, les enquêtes sur le terrain sont des alliés puissants des études synthétiques, fournissant les données qui nous permettent de mieux identifier les menaces mondiales pour la biodiversité, et de les traiter en informant la prise de décision à différentes échelles. Seule une plus grande appréciation de la recherche empirique au sein de la communauté scientifique peut accroître le sentiment d'admiration et de respect de la nature pour la société, conduisant finalement à d'autres voies de restauration des écosystèmes."


Que dire alors des controverses pénibles, contre-productives et instrumentalisées pour des profits autres que le sujet même des préoccupations : controverses sur le climat, sur les abeilles, sur l'agriculture, sur l'évolution de la biodiversité, sur l'utilité de la science, sur l'intérêt de faire connaître et protéger la nature ...

 
De l'utilité des études de terrain pour fonder les prises de décisions
Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog